Voir/Lire/Ecouter

Lire : Musique interdite. Les compositeurs juifs persécutés par les nazis de Michael Haas

C’est un chapitre méconnu de l’Histoire contemporaine que le musicologue américain Michael Haas étudie avec grande érudition dans son ouvrage “Les compositeurs juifs persécutés par les nazis“, proposé en France grâce aux éditions des Notes de Nuit. Haas consacre une large partie de son ouvrage à examiner le contexte ayant conduit, à la fin du XIXe siècle et jusqu’au début du XXe, aux persécutions contre les musiciens juifs allemands et autrichiens.
On mesure ainsi le rôle joué par Richard Wagner qui, du fait de la place qu’il occupe dans le domaine musical, a été prépondérant, inspirant une large part de l’antisémitisme nazi. Il en va pareillement de son ami et beau-père Frantz Liszt. Toute cette partie, essentielle pour comprendre la tragédie ultérieure, est également intéressante en ce qu’elle restitue admirablement tout un pan de l’histoire de la musique, avec ses nombreux compositeurs juifs,  Meyerbeer, Offenbach, Malher et bien sûr Mendelssohn ; mais également Brahms le libéral, Hanslick, et aussi l’importance de la revue de référence Neue Freie Presse, composée majoritairement de journalistes juifs… Michael Haas aborde ensuite, sur un plan plus technique, important dans la justification argumentaire nazie, l’expressionnisme (musique atonale), au détour de la Première Guerre Mondiale, puis le sérialisme (dodécaphonisme), enfin la Nouvelle Objectivité (système diatonique, en réaction à l’expressionnisme).
Le dualisme entre les antiromantiques (Hans Gal, Egon Wellesz) et les romantiques résolus (Julius Korngold) et le rôle central du gendre de Wagner, Houston Stewart Chamberlain, dont le livre La Genèse du XIXe siècle, servira de référence au dogme racial du national-socialisme, constituent également un soubassement essentiel dans la mise en place des politiques musicales dans l’Allemagne hitlérienne des années 30.
Michael Haas étudie, dans la dernière partie de son livre, les mécanismes de la purge, les divergences au sein de la hiérarchie nazie, le rôle du célèbre chef d’orchestre Frantz Furtwängler, le renvoi des musiciens juifs, puis l’exil… ou pire.
Ce livre, fruit d’un travail de recherche considérable, puisé aux meilleures sources, est une première sur un ce thème des musiciens et des œuvres, balayés par les vents mauvais des années 30.
Arnaud Robert. 

Musique interdite. Les compositeurs juifs persécutés par les nazis

Michael Haas

Traduit de l’anglais par Blandine Longre,

avec le concours d’Elisabeth Willenz pour les citations en allemand.

Format : 150 × 225 mm

Environ 400 pages

Broché avec rabats

Prix : 23 €

ISBN : 979-10-93176-19-2

ISSN : 2425-4029

Laisser un commentaire