Sortir

L’Hôtel de Ville accueille l’exposition « Pompiers de Paris – Notre mission : Sauver »

16473123_859951474144699_2526293143719740016_n

Du 4 mars au 29 avril, l’exposition « Pompiers de Paris – Notre mission : Sauver » fera découvrir au public l’univers de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris et ses évolutions qui ont nécessité une force d’adaptation, tout en observant la rigueur, la discipline et le dévouement qui caractérisent ce corps militaire exceptionnel.

Alors que le courage des Pompiers de Paris est particulièrement sollicité, la Mairie de Paris a souhaité faire découvrir au public l’histoire de ce corps exceptionnel à travers les archives inédites des Pompiers de Paris. Cette exposition nous fera voyager au cœur de l’histoire de cette profession mythique, au service de la protection des personnes et des biens, grâce aux nombreuses photographies, documents, archives, objets, audiovisuels et matériels d’intervention.

Un corps historique qui se réinvente

C’est Napoléon Ier qui, à la suite d’un bal qui a failli lui coûter la vie, décide de professionnaliser la lutte contre le feu. Par décret impérial en 1811, il confie cette mission à un corps militaire : le Bataillon de sapeurs-pompiers de Paris. À la fin du XIXe siècle, le Régiment entre dans une ère nouvelle de développement technique : premières grandes échelles, conception d’engins, avertisseurs publics dans les rues, développement du réseau de transmissions et de téléphonie, implantation de postes centraux, construction de casernes… Accompagnant l’histoire de Paris depuis plus de deux cents ans, ce corps d’élite unanimement reconnu intervient dans un des espaces urbains les plus contraignants au monde en s’adaptant avec souplesse, réactivité et innovation à tous les défis qui se présentent.

Un périmètre d’intervention toujours plus large

Dès le 1er mars 1967, la mission de secours d’urgence et de défense contre les incendies est étendue à la petite couronne (Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Hauts-de-Seine). De Paris à la banlieue, puis à la métropole du Grand Paris, les interventions en zone urbaine se font dans des espaces de plus en plus contraints : immeubles toujours plus hauts, transports toujours plus denses. De la protection des sites stratégiques, telle que la base de lancement en Guyane ou le site d’expérimentation des missiles à Biscarosse, aux actions menées à l’étranger, notamment en renfort des actions civiles et militaires des forces armées ou dans les missions de coopération, la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris a élargi ses actions bien au-delà du territoire parisien.

L’émergence du pompier de mégapole

Du secours aux personnes à la protection des biens et forts des deux conflits mondiaux, les missions des sapeurs-pompiers ont bien évolué. Dès 1965, les médecins sapeurs-pompiers accompagnent la mise en place du SAMU et sont au premier plan dans le domaine de la médicalisation pré-hospitalière sur le terrain. L’augmentation du nombre d’interventions liées notamment à la dissolution de Police-Secours en 1985 motive une réorganisation opérationnelle, humaine et technique, se traduisant par l’implantation de centres de secours modernes et le développement d’engins polyvalents. De nouveaux enjeux, urbains, technologiques ou naturels, dans un contexte de menace terroriste durable viennent également complexifier le champ d’action des sapeurs-pompiers de Paris.

La Brigade de sapeurs-pompiers de Paris a connu de nombreux changements : son aire de compétence et d’intervention, ses équipements comme son organisation. À travers cette exposition, le visiteur est amené à découvrir ces évolutions qui ont nécessité une force d’adaptation, tout en observant la rigueur, la discipline et le dévouement qui caractérisent ce corps militaire exceptionnel.

Infos pratiques :
Du 4 mars au 29 avril 2017, salle des Prévôts-Tapisseries, Hôtel de Ville (4e)
Exposition gratuite, ouverte du lundi au samedi (hors jours fériés et Conseil de Paris) de 10h à 18h30 (dernière entrée à 17h30)

image à la une // Brigade de sapeurs-pompiers de Paris – BSPP – Journal | Facebook

Laisser un commentaire