Sortir

Jardin d’Acclimatation-ÉVÉNEMENT PLAY ME I’M YOURS 20-21 / 27-28 Mai 2017

497fb7d0-584c-43b4-8b0c-ea5dd4dac0bd

Les week-ends des 20-21 et 27-28 mai prochain, de 10h00 à 18h00, le Jardin d’Acclimatation accueillera les 20 plasticiens internationaux du festival PLAY ME I’M YOURS©. Pendant 32 heures de live painting, ils révolutionneront les couleurs, le profil et l’apparence de 20 pianos installés pour l’occasion le long de l’allée Alphand.Avec eux, vivez une expérience de détournement artistique rare !

PLAY ME I’M YOURS©, c’est, d’abord, l’aventure de pianos citadins, métamorphosés par des artistes plasticiens, qui envahissent les villes, s’installent sur une place, dans une gare ou au milieu d’un square et invitent les passants à s’approprier les instruments en jouant quelques notes sur leurs claviers. La règle est simple. Chacun doit se sentir libre de jouer un concerto, une sonate, trois accords. Après Birmingham, Sao Paulo, Barcelone et Los Angeles, la 6ème édition des pianos dans la ville, sur le thème « Enfance et Transmission », débutera, à Paris, au Jardin d’Acclimatation

20 plasticiens internationaux s’y sont donnés rendez-vous pour révolutionner l’apparence, l’usage et l’accessibilité des pianos. Pendant 32 heures de live painting, ils enchaîneront les performances artistiques, mêlant les bombes de peintures aux pastels, les rouleaux aux pinceaux. Une révolution picturale s’annonce ! Vous ne reconnaîtrez plus les 20 pianos installés au Jardin ! Les 20-21 et 27-28 mai, vous découvrirez la grande diversité des arts de la rue, la pluralité des techniques et la variété des styles au cours d’une vraie promenade dans la culture urbaine.  20 street-artistes reconnus, aux influences et origines métissées, s’essaieront ainsi à métamorphoser 20 pianos dispersés dans le parc. Pour guider leurs crayons, ils s’inspireront des créations réalisées, durant les vacances de Pâques, sur des maquettes réduites de pianos par 120 enfants, âgés de 5 à 12, dans le cadre des « Ateliers du Jardin » animés par onze des plasticiens du festival.

Dès le 20 mai, Victor Ash, précurseur du mouvement graffiti en Europe et premier visiteur du mythique terrain vague du métro Stalingrad dans les années 90, mettra tout son talent en œuvre pour relever ce défi et ne décevoir ni les enfants ni les parents ! A ses côtés, Daria la Russe, portraitiste proto-soviétique aux inspirations baroques, utilisera des pastels, des huiles et des stylos pour transformer son instrument. Sous les traits d’OPERA, artiste et designer parisien, le piano se couvrira de compositions abstraites et incisives, vous rappelant l’esthétique cubiste du début du XXème siècle ; sous ceux de Serge Kponton, artiste franco-togolais, une étrange écriture hiéroglyphique apparaîtra. Avis aux Champollion en herbe pour déchiffrer le secret de ce message ! Enfin, Un Gars Dans La Rue, peintre et calligraphe parisien, vous entraînera dans son univers fantastique, peuplé de chimères et d’êtres oniriques peints sur les flancs de son Steinway.

Le 21 mai, cinq nouveaux plasticiens exprimeront leur créativité au Jardin. Ernesto Novo, vietnamien d’origine, donnera vie à ses personnages chargés d’histoires sur le piano, une craie dans une main un pinceau dans l’autre, pendant que Bebar, jeune graffeur espagnol, vous fera pénétrer dans sa « Bebarbarie », son univers familier composé de personnages et de décors en lien avec les évolutions de la société. Une autre inspiration guide l’œuvre de Lalasaïdko : cette jeune illustratrice française, nourrie par les mangas et la mythologie japonaise, vous emportera dans le monde poétique et enfantin de ses personnages « bubble », aux couleurs pops et aux grands yeux brillants de tendresse. Musiques et peintures se mêleront au cinéma durant la performance de Luca Fiore, un réalisateur franco-italien qui créé des graffiti-animés. Enfin, Sifat, née au Bangladesh et nourrie par le travail des grands maitres tels que Picasso et Kandinsky, créera son propre langage fait de traits osés et incisifs langage qui, cette fois-ci, sera pictural et musical !

Le weekend suivant, samedi 27 mai, Jo Di Bona, inventeur de la « Pop Graffiti », mélangera des collages et des graffitis pour personnaliser son instrument, pendant que Jeanjerome, plasticien parisien, décorera le sien de formes volubiles et arrondies, inspirées des codes de l’art déco. De son côté, French, artiste autodidacte, vous entraînera dans un labyrinthe de motifs graphiques récurrents, à vous en donner le vertige ! Autre intuition, autre style, Sly 2, le traceur de traits aussi instinctifs que spontanés, vous proposera une exploration artistique en compagnie de personnages fantastiques, à peine esquissés. Enfin, Missy, muraliste strasbourgeoise, transportera entre nos bosquets ses fresques urbaines peuplées d’oiseaux exotiques. Venez participer à leur acclimatation au Jardin !

Le 28 mai, ne manquez pas les cinq dernières performances des plasticiens au Jardin ! Lors de cette ultime journée, découvrez le travail de Cara, artiste pluridisciplinaire, qui puise son inspiration dans les héroïnes sensuelles du réalisateur Quentin Tarantino et du dessinateur Milo Manara. Plus loin dans les allées, Done et Stack, deux street-artistes franciliens qui se sont spécialisés dans la sérigraphie, s’essaieront ensemble à la personnalisation d’un piano, adversaire ou complice de taille ! Turbo, précurseur du graffiti en Turquie, vous dévoilera son univers habité par d’étranges robots ayant délaissé, le temps d’un week-end, les murs d’Istanbul pour envahir les pianos du Jardin. Vous poursuivrez ce voyage urbain et cosmopolite en suivant les réalisations de PEARL, portraitiste d’origine congolaise et nigériane, célébrant la femme noire en renversant les codes de l’art africain. Un détour en Amérique du Nord enfin, en compagnie de Siam, jeune artiste roubaisien, qui remplit les murs de sa ville et, exceptionnellement, les pianos du Jardin, des motifs colorés et quotidiens de la culture mexicaine.

Ainsi, durant ces week-ends du mois de mai, assistez à une rencontre décapante entre plusieurs émotions et traditions, entre la diversité de la culture underground et les romantiques du XIXème siècle. Quelques arpèges, des touches de couleurs, une partition, un graffiti, et Chopin composera à Kreuzberg, le temple berlinois du street-art. Lorsque la modernité fougueuse et métissée se déchaînera sur les 88 touches bicolores, le Jardin vous proposera une expérience unique et intégratrice de réappropriation de l’art !

Et pour que ces pianos, aussi méconnaissables qu’insolites, deviennent vraiment vôtres, ils resteront au Jardin jusqu’au solstice du 21 juin, dans l’attente de vos improvisations. Chacun pourra ainsi exprimer sa virtuosité jusqu’à l’été et inonder le Bois de Boulogne de mélodies sauvages ou civilisées. Une programmation unique pour la Fête de la Musique, célébrée au Jardin d’Acclimatation, clôturera cette séquence musicale par le concert du jeune prodige, le pianiste qui secoue la musique classique, Simon Ghraichy.

Programme des performances des street-artistes de 10h à 18h

20 mai

OPÉRA

Daria La Russe

Un Gars Dans La Rue

Serge Kponton

Victor Ash

21 mai

Sifat

Ernesto Novo

Bebar

Lalasaïdko

Luca Fiore

27 mai

Missy

Sly 2

Jo Di Bona

Jeanjerome

French

28 mai

Siam

Turbo

Cara

Done & Stack

PEARL

Laisser un commentaire