Voir/Lire/Ecouter

rencontre-dédicace avec les auteures de la BD « Peyi an nou » à bord de la péniche Grande Fantaisie le 25/1O

Unknown

A l’occasion de la sortie en librairie du roman graphique documentaire, Peyi An nou (notre pays en créole), de Jessica Oublié et Marie-Ange Rousseau, aux éditions Steinkis, la péniche Grande Fantaisie organise une soirée-débat mercredi 25 octobre de 18h à minuit autour d’une page d’histoire de la France des années 60 peu connue : celle du BUMIDOM (Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’Outre-mer). Au programme : un voyage dans le passé de l’Outre-mer et de la métropole, un travail de mémoire pour pallier un trou dans la transmission de l’histoire. Sur fond de convivialité et de cocktails-maison, projection et discussion avec l’auteure et la dessinatrice de la BD. Entrée-ez libre et quittez la péniche Grande Fantaisie encore plus libre, riche de nouvelles connaissances.

Peyi an nou : une enquête dessinée, historique, sociologique sur le BUMIDOM

Peyi-an-nou

Le BUMIDOM déplaça 160 000 ultramarins en métropole de 1960 à 1980 pour travailler dans les industries et les services à la personne. Pédagogique, la BD se déroule autour d’une histoire familiale, celle de l’auteure qui rejoint celle collective de la France. Avec la dessinatrice, elle soulève des questions d’hier qui restent d’actualité comme la migration, l’identité, l’accueil, la culture, le lien. Après trois ans de recherche dans les Archives, de recueil de témoignages, de travail d’écriture et de dessin, le livre met en lumière un passage de l’histoire de France, passé sous silence.

Les auteures : Jessica Oublié est née à Paris en 1983. Sa mère Guadeloupéenne et son père Martiniquais sont arrivés en métropole quand ils avaient respective- ment 14 et 15 ans. Après des études en histoire de l’art, elle travaille au sein de la revue Africultures, puis en Centrafrique et au Bénin dans les domaines linguistiques et culturels. Née en banlieue parisienne en 1990, Marie-Ange Rousseau est attirée par les histoires de vie et les récits historiques, et engagés. Elle a terminé ses études, en 2015 au Cesan.

 

La péniche Grande Fantaisie poursuit l’exploration de sujets qui agitent notre société à travers des événements et se penche toujours sur « l’Autre »

En novembre 2017, La péniche Grande Fantaisie avait préparé avec une vingtaine de jeunes soudanais, érythréens, afghans, nigériens, une rencontre permettant d’échanger des informations et de tisser des liens avec eux. Ce rendez- vous n’a pu être maintenu en raison de l’évacuation des migrants de Stalingrad et de Jaurès. Alors, l’équipe de la Grande Fantaisie a interrogé et convié autour d’une semaine « Nous sommes tous migrants », voisins, amis, habitants, habitués de ce coin du 19e arrondissement sur le thème de la rencontre migratoire. Que signifient pour nous et pour eux aujourd’hui les idées d’accueil, d’hospitalité, de coup de main ? Quels gestes, quelles attitudes impliquent-ils de part et d’autre ? Au-delà des discours convenus, des réflexes de peur ou de commisération, il était question de chercher ensemble la façon d’être à la hauteur de la situation.

Plus de 200 personnes ont répondu à l’invitation lors de projections documentaires avec les ateliers varan animées par le sociologue Marc Hatzfelf, autour d’un repas de quartier, ou de l’installation Migrant’scène qui donnait à voir et entendre des instants précieux de luttes collectives avec des croquis de Laura Genz et une création radiophonique d’Antoine Chao. Hafid, libraire dans le 11ème arrondissement y avait présenté les maisons d’édition « Le temps des cerises », « Le passager », « Clandestin », et « Libertalia » alors que Souleymane Bagayogo exposait son libre « le combat d’un sans papier ». La semaine s’était terminée autour des paroles de Mourad Frick (conteur et passeurs de mots).

La péniche Grande Fantaisie privilégie l’interaction, la convivialité, la transdisciplinarité, le témoignage et l’écoute. Avec la soirée débat autour de la BD Peyi an nou, la question de l’Autre et des migrations sera à nouveau étudiée.

Informations pratiques

Grande Fantaisie : 9 quai de l’Oise 75019 (en face du Conservatoire Libre du Cinéma Français) Métro : Crimée ligne 7 ou Ourcq ligne 5
Contact réservation-privatisation : grandefantaisie@gmail.com https://www.facebook.com/events/447401295610793/

Grande Fantaisie est un projet à trois dimensions et une péniche restaurant : amarrée 9 quai de l’Oise depuis juillet 2014. Elle reflète l’esprit d’ouverture culturelle ancrée dans le 19ème arrondissement. Construite en 1931, Grande Fantaisie est un bijou du patrimoine fluvial Art Déco. Elle est pilotée par Jérôme Lafay et Nourdine Oumeddour, fondateurs de l’association 19 ème Parallèle et animée par des artistes, des chercheurs et de nombreuses bonnes volontés. Grande Fantaisie se déploie dans 3 dimensions :une dimension artistique et culturelle autour des expressions graphiques et contemporaines (photo, BD, illustration, street-art, théâtre, performances, résidences, conte, danse).

Elle privilégie le live, l’échange, le contact et l’expérimentation une dimension sociale : la péniche est un lieu fédérateur qui réunit et associe des artistes, des habitants de tous les âges et de tous les milieux sociaux, des promeneurs du dimanche, des riverains, des enfants du quartier, des acteurs sociaux, des touristes, des porteurs de projet ou de bonne nouvelle autour de la création artistique. Elle accueille des ateliers de danse ou dessin avec les écoles du quartier, organise chaque mois un bal gratuit pour les séniors isolés, coproduit des projets avec des associations locales, accueille des groupes dans des logiques d’insertion…

un espace de convivialité : Grande Fantaisie est une place publique flottante ouverte, décontractée, chaleureuse ou l’on peut boire un verre et manger à des prix abordables ou juste saluer des amis, jouer au ping-pong en cale ou prendre le soleil sur le pont.

Laisser un commentaire