Voir/Lire/Ecouter

Lire:Michel Desmurget la Fabrique du crétin digital

Dans son dernier livre, La Fabrique du crétin digital, Michel Desmurget hurle presque son angoisse, sa colère, devant le pouvoir d’escrocs juste préoccupés par le remplissage de leur portefeuille, totalement indifférents à la réalité. Cette réalité doit nous effrayer, nous inciter d’abord à lire ce livre exceptionnellement bien documenté, ensuite à réagir, à sauver nos enfants.

Au départ, l’auteur nous montre à quel point la pub sur écrans est dangereuse, à quel point ceux qui veulent nous vendre leurs produits sont dépourvus de conscience, du sens des responsabilités, d’humanité… de dignité ! Ils donnent une image positive, mortelle, de l’alcool et du tabac, actuellement surtout junk food, sucreries… guère plus recommandables. Ce sont des exemples bien connus, d’autant plus dangereux que la pub commence tôt, s’adresse à un cerveau en formation.

Et c’est ici que Desmurget convainc grâce à son savoir en neurosciences : un cerveau a besoin de contacts humains, d’éducation, pour se former ; il est déshumanisé par les écrans, il est d’autant « mieux » détruit que la destruction commence jeune. Impossible de résumer ce livre où l’auteur accumule les preuves de mauvaise foi, donne aussi de nombreux exemples d’expériences, d’études indiscutables. L’enseignante que je suis a été particulièrement frappée par la démonstration du danger des écrans à l’école : non seulement l’enfant comprend et retient moins bien ce qu’il voit sur écran que ce qui lui est communiqué par un être vivant en chair et en os, mais ce même enfant apprend vite à tricher, fait du « multitasking » école-jeu qui diminue très fort l’attention et donc la compréhension comme la mémorisation. L’horreur complète : le cerveau en formation est définitivement abîmé par ce traitement ! Et nous ne serons pas étonnés d’apprendre que les familles d’un bon niveau d’instruction – l’exemple de Steve Jobs est connu – refusent l’accès à l’outil numérique à leurs jeunes enfants, vont jusqu’à les envoyer dans des écoles privées…

Cela n’empêche pas les marchands de tablettes, ordinateurs, programmes et revues informatiques… de faire croire le contraire : grâce à des études faussées, incomplètes, ils arrivent à convaincre des responsables que l’école « digitale » serait une école efficace, égalitaire et, surtout, coûterait à la longue bien moins cher qu’enseignants et documents imprimés.

Oui, l’école « digitale » coûtera moins cher, rapportera des fortunes aux escrocs du monde … transformera nos jeunes en parfaits zombies, zombies juste « bons » à se laisser droguer – de jeux vidéo comme de sucre, alcool, aliments malsains en général –, zombies « bons » à perdre tout esprit critique et toute dignité.

Desmurget dit clairement : jamais sans doute, dans l’histoire de l’humanité, une telle expérience de n’avait été conduite à aussi grande échelle. Et à ceux qui répondent qu’il « retarde », que l’humanité change, évolue, il rétorque par une vérité biologique : « Les grandes périodes de plasticité cérébrale propres à l’enfance et à l’adolescence ne sont pas éternelles. Une fois refermées, elles ne ressuscitent plus. Ce qui a été gâché est à jamais perdu. L’argument de modernité si souvent avancé prend alors toute sa dimension ridicule. “Il faut vivre avec son temps”, nous dit-on. C’est incontestable… Mais il faudrait prévenir notre cerveau que les temps ont changé ; parce que lui n’a pas bougé d’un iota depuis des siècles. Et, malheureusement, avant de s’adapter parfaitement à son nouvel environnement numérique (s’il y parvient un jour), il va lui falloir quelques dizaines de millénaires ! »

Michel Desmurget termine par une évidence qui plaira aux vrais enseignants : « À ce jour, un seul levier a démontré une influence réellement positive et profonde sur le devenir des élèves : l’enseignant qualifié et bien formé. Il est l’unique élément commun à tous les systèmes scolaires les plus performants de la planète. »

source Boulevard Voltaire

Mia Vossen

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pulvinar et, quis ut leo. risus. consequat. eleifend libero Praesent in Phasellus