Voir/Lire/Ecouter

Lire: Thierry des Ouches SILENCES Editions Hartpon

Le photographe Thierry des Ouches nous offre avec “Silences” son ouvrage le plus poétique et le plus intime. Cet explorateur du quotidien, connu notamment pour avoir exposé des portraits géants de vaches sur la très chic place Vendôme, cultive ce qu’il nomme “l’exotisme de proximité”.

On se surprend ainsi, au fil des pages de “Silences”, à s’émerveiller des arabesques d’un tuyau d’arrosage, à être ému par le sort de carcasses de voitures livrées à la rouille, bouleversé par le regard de grands singes muséifiés, à éprouver le mystère d’un dédale de rails se fondant dans les brumes.

Des visions fugaces, saisies dans une même alchimie de couleurs et nimbées d’un même silence méditatif, qui donnent à ce livre une profonde et envoûtante unité.

Thierry des Ouches déploie ici son art dans une élégante simplicité, loin du clinquant et du spectaculaire. Loin du bruit du monde. En quête de ce silence devenu une rareté, qui lui permet d’entrer en affinité avec ce qui l’entoure.

Comme le note l’écrivain Philippe Delerm : « C’est comme ça dans les photos de Thierry des Ouches : les sensations débordent des images. » Il ne photographie pas, en effet, des “sujets”, il capte l’esprit des lieux, des êtres et des choses et nous donne à percevoir leurs éloquents silences.

Ces “silences” tracent aussi un portrait intérieur de l’artiste. Ses photo- graphies de sous-bois et de lacs disent la quiétude que trouve en ces lieux un homme qui a fait le choix de vivre en pleine nature. Ses images prises sur la côte ou à bord de bateaux révèlent l’amour pour la mer de celui qui, en 2018, a été nommé peintre officiel de la Marine.

 Ses photographies de voitures jetées sans ménagement au rebus et qui se décomposent, impavides, avec une infinie noblesse, révèlent un penchant stoïcien.

Mais c’est surtout ce sentiment d’impermanence et de fragilité qui traverse ce livre parcouru d’objets abandonnés sur lesquels le temps a posé sa marque. Sentiment renforcé par l’utilisation d’une palette de couleurs hivernales, si caractéristique de l’œuvre de Thierry des Ouches. La signature de l’artiste.

“Silences” est un recueil de haïkus photographiques, un “memento mori” poétique et salutaire.

Silences, Thierry des Ouches, éditions Hartpon  21 × 27 cm, 120 pages ,76 photos, 39 €.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

in ante. sed leo. venenatis vulputate,