Voir/Lire/Ecouter

Lire BD: Les grandes batailles navales Editions Glénat

Les-grandes-batailles-navales_width1024

Cette série des grandes batailles navales étoffe l’offre des récits sur les mers, les aventures aériennes étant légion en BD. Il s’agit ici de batailles authentiques, historiques, excellemment  mises en scène par le spécialiste Jean-Yves Delitte et servies par une ligne aussi classique que réussie et un choix de couleurs  impeccable. De Stamford Bridge entre Saxons et Vikings à Hampton Roads, entre confédérés et nordistes, on s’instruit bien agréablement.

4 étoiles sur 5

Arnaud Robert

Hampton Roads

9782344011331-L

 

 

 

 

La naissance des premiers cuirassés de l’histoire

Depuis avril 1861, la guerre civile fait rage en Amérique. Les états confédérés du Sud s’opposent aux états unionistes du Nord. En l’absence d’une flotte digne de ce nom, l’armée sudiste fait preuve d’une extraordinaire ingéniosité. Transformant une frégate abandonnée par l’armée unioniste, l’USS Merrimack, les ingénieurs sudistes donnent naissance à l’un des premiers navires cuirassés de l’histoire : le CSS Virginia. Face au danger d’un tel vaisseau, le Nord se lance dans la construction d’un bâtiment qui sera encore plus révolutionnaire : le USS Monitor.

La bataille de Hampton Roads sera la première et au demeurant seule confrontation entre ces deux navires. Il n’y aura ni gagnant ni perdant. Faute d’armes pouvant perforer les cuirasses d’acier qui protègent les navires, les protagonistes renonceront à poursuivre un combat sans issue. La bataille n’aura pas, non plus d’incidence sur le cours de la guerre. Néanmoins, l’affrontement marque un tournant dans la conception des marines de guerre. Un nouveau modèle de navire est né : le cuirassé. Il deviendra le seigneur des mers pendant près d’un siècle.

 

Stamford Bridge

9782344014257-L

 

 

 

 

Impitoyables, mais pas invincibles !

En janvier 1066, le roi d’Angleterre, Édouard le Confesseur, meurt. Il laisse le trône sans héritier direct. Harold II Godwinson, beau frère du roi décédé, est désigné comme nouveau roi. Malheureusement, aussitôt et au nom d’anciennes promesses, Harald III roi de Norvège se manifeste. Il estime que la couronne lui revient de plein droit et afin d’avoir l’assurance d’être entendu, il débarque en Angleterre à la tête d’une armée estimée à 10 000 hommes. Il n’est pas le seul à exiger la couronne anglaise. En Normandie, Guillaume le Bâtard, qui ne porte pas encore le nom plus avantageux de Guillaume le Conquérant, présente les mêmes exigences.

La suite est connue. En l’espace d’une quinzaine de jours, l’armée saxonne de Harold II Godwinson est obligée de livrer deux batailles et de parcourir à pied plusieurs centaines de kilomètres. Si elle sort victorieuse de la première confrontation avec l’armée viking, trop confiante et arrogante, elle est défaite à la bataille d’Hastings, livrant le trône anglais à Guillaume le Conquérant. Quant aux Vikings, si terrifiants à bord de leur navire, ils doivent reconnaître qu’à terre, face à une armée bien menée, ils peuvent subir de cruelles défaites comme celle de la bataille de Stamford Bridge.

 

14715694_684367581722165_8146335046554658243_o

 

Laisser un commentaire