Sortir

l’IMA exposition : Foot et monde arabe La révolution du ballon rond

Actualité de l'IMA 2019
Enfants jouant au foot dans les rues de Chefchaouen, Chefchaouen, Maroc, 2018 (2)

Onze comme le nombre de joueurs sur un terrain de football; L’exposition “Foot et monde arabe, la révolution ballon rond” nous invite à un voyage à travers 11 histoires singulières et leurs influences sur les sociétés. Un voyage fait de luttes, de rêves, de résistances, de démesures et d’unions avec pour seul fil rouge la ferveur et la passion que décuple le ballon rond dans les pays du monde arabe.

De l’épopée du grand Larbi Ben Barek, à “l’équipe du FLN” en passant par les deux victoires hexagonales en Coupe du monde qui doivent tant aux fils d’immigrés ou bien encore à l’essor du foot féminin en Jordanie, l’expo raconte des histoires du football et apporte une clé de compréhension des enjeux politiques et sociaux structurant le monde arabe depuis le début du 20e siècle.

Expo foot et monde arabe

Et dès les premiers pas, objets iconiques, maillots des équipes d’Algérie, de Tunisie et même du Koweït, ballons, trophées nous tendent les bras et nous immergent dans le monde footballistique. Prêt.e pour le match? Alors au coup de sifflet, suivez-nous c’est parti pour 90 minutes intenses!

Légendes du foot arabe

“Si je suis le roi du football, alors Ben Barek en est le dieu”. Ces mots du grand Pelé adressés à Larbi Ben Barek lors d’un voyage au Maroc en 1976, témoignent de l’engouement et du phénomène que pouvait susciter le joueur franco-marocain. Véritable hommage, “Foot et monde arabe” met un coup de projecteur sur la grande carrière de Larbi Ben Barek. Natif de Casablanca dans un Maroc encore sous protectorat français, Ben Barek détient encore aujourd’hui le record de longévité pour un joueur en équipe de France. De 1938 à 1954, il excelle et se démarque par son jeu élégant et sa technique exceptionnelle. Homme à la peau noire, il sera “souvent la cible de propos racistes” dans une France coloniale mais restera fier de porter le maillot tricolore, qui est d’ailleurs exposé ainsi que de magnifiques photos du footballeur.

Larbi Ben Barek

L’autre partie consacrée aux premières grandes figures arabes du football, se focalise sur l’histoire incroyable de “l’équipe du FLN”. Richement documentée, elle met en lumière le destin hors norme de dix joueurs professionnels algériens. Printemps 1958, Rachid Mekhloufi, Abdelaziz Ben Tifour, Mustapha Zitouni ou encore Abderrahmane Boubekeur, des joueurs issus du championnat de France, jouant pour certains en sélection nationale, quittent leurs clubs français dans la clandestinité, afin de créer “l’équipe du FLN”, la première équipe nationale algérienne. Dans un contexte de Guerre d’Algérie déjà très tendu, cet événement a eu un retentissement énorme en France. L’équipe du FLN entame alors une tournée mondiale qui fut l’occasion de jouer pour une reconnaissance aussi bien sportive que politique. Il fallut 91 matchs et l’indépendance de l’Algérie pour que cette équipe soit officiellement reconnue par la FIFA en 1962. C’est à travers un enchaînement d’archives, de photos, de coupures de presse et de vidéos que l’on suit l’étonnante histoire de ces stars du ballon rond qui ont lutté sportivement pour l’indépendance de leur pays.

Equipe du FLN en chine, 1959

Ce focus sur les prémices du foot algérien se termine par retour en image de la rencontre FC Porto/Bayern de Munich en finale de la Coupe des clubs, champions en 1987. C’est lors de cette rencontre que le joueur algérien Rabah Madjer, va effectuer un geste technique jamais vu auparavant. Une talonnade vers l’arrière qui permettra à son équipe de marquer et de remporter la compétition. Madjer, quant à lui, laissera son nom dans l’histoire puisque ce geste technique si particulier est aujourd’hui encore appelé “une Madjer”!

Foot, le grand rassemblement

D’autres beaux récits comme ça, il en existe pléthore dans l’histoire du football. Comme nous le montre l’exemple du Nejmeh Sporting Club du Liban. Crée en 1945, l’histoire de ce club de foot de Beyrouth et celle du Liban sont intiment liées et marquées par les différents conflits subis par le pays. Au delà des croyances et des convictions de chacun, le club a toujours porté un idéal de paix et de rassemblement. Il a toujours refusé de se voir associé à un parti religieux ou politique. Une idée prônée très longtemps par Omar Ghandour, son président emblématique, qui a dirigé de 1969 à 2003, ce club dans un esprit d’union, de tolérance et d’ouverture. Aujourd’hui, les slogans politiques et religieux sévissent dans les allées du stade et marquent la fin d’une ère pour le club libanais. Cependant l’équipe multiconfessionnelle reste toujours une fierté pour les supporters.

Il faut grimper d’un étage pour continuer la visite, et là, on tombe nez à nez avec une reproduction des deux trophées remportés à l’occasion des Coupes du monde 1998 et 2018. Nostalgie garantie avec cette partie entièrement consacrée aux 20 ans du football français qui séparent les deux victoires de l’équipe tricolore en Coupe du monde. Maillots de bleus, vidéos retraçant leur exploits, coupures de presse, on revit ces moment si chers à nos cœurs de supporters. On peut mesurer ce que ces victoires ont engendrés dans notre société. Français d’origine algérienne, Zinedine Zidane est au cœur de cette 4e partie, devenu iconique, il symbolise une France métissée et victorieuse. Les plus grands fans pourront aussi apprécier sur grand écran “Zidane, portrait du XIXe siècle”, un film français réalisé par Douglas Gordon et Philippe Parreno, où 17 caméras haute définition suivent Zizou pendant 90 minutes au cours du match Real Madrid – Villarreal CF.

Et puis, on ne pouvait pas évoquer le football arabe sans parler de l’Egypte. Elle est sans conteste la plus grande nation arabe du football. Son équipe nationale a remporté à 7 reprises la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Le Caire respire le football sur le terrain mais aussi dans le cœur de ses supporters. Au centre de cette folie, le derby cairote qui est connu dans le monde entier et qui déchaîne les foules. L’Egypte accueillera en juin prochain la prochaine édition de la CAN.

Au cœur des enjeux politiques et sociaux

L’exposition se poursuit autour de questions politiques et sociétales. Alors que le football féminin est en pleine expansion mondiale, sa pratique dans les pays arabes se heurtent encore à des interdits religieux et politiques. Pourtant les mentalités bougent, le football devient progressivement un véritable outil d’émancipation. Plusieurs équipes nationales voient le jour en 2003, notamment celle de Jordanie et de Palestine. La Jordanie oeuvre énormément dans la promotion du football féminin. La Palestine, de son côté, malgré un contexte chaotique, tente de mettre en valeur la pratique du football féminin avec notamment en figure de proue: Honey Thaljieh. Palestinienne, chrétienne, femme et footballeuse, Honey Thaljieh. est la première capitaine de l’équipe nationale féminine de Palestine. Elle a dû combattre toute sa vie pour imposer ses choix…

femme et foot

La fédération palestinienne de football est créée en 1962, elle symbolise la volonté du peuple de prouver aux yeux du monde, sa présence. Elle intégrera véritablement la FIFA en tant que fédération affiliée en 1998. La création de clubs sociaux et sportifs permet aux palestiniens des moyens d’évasion et d’expressions inespérés. Pourtant la pratique du football dans ces territoires restent extrêmement compliquée, marquée par le conflit avec Israël. Interdictions de voyage, checkpoint, bombardements… entravent une bonne pratique du football mais malgré tout, il y a cette volonté permanent d’exister.

Le football et la politique sont intimement liés surtout dans les pays arabes et l’actualité de ces dernières années ne pourra le contredire. Lors des révolutions des printemps arabes en 2011, les groupes Ultras sont parmi les premiers acteurs des soulèvements politiques au Maghreb. En Tunisie, ils participent aux manifestations contre Ben Ali. En Egypte, sous le régime de Moubarak, malgré de violents affrontements  à l’intérieur des stades, les deux clubs de foot cairotes rivaux se réunissent derrière un slogan commun “We are Egypt” pour occuper la place Tahrir et défendre les manifestants. En mars 2019, en Algérie, les supporters de foot ont été au centre de la contestation contre un cinquième mandat de Bouteflika. Comme quoi politique et ballon rond ne sont jamais très loin…

Portrait d'Ultras, Egypte

Une expo immersive et artistique

Outre une exposition très bien documentée notamment  avec de nombreuses références historiques, des pièces d’époque (dont nombre de maillots), des archives de qualités, de belles photos mais aussi la diffusion de matchs sur de nombreux écrans, l’exposition propose également un parcours ludique avec différentes installations telles que la cabine de commentateurs. En effet, une cabine de commentateurs sportifs attire l’œil des visiteurs. On pourra travailler son verbe ultra-rapide devant les images des exploits de Jaziri, Madjer et Salah! Vous pourrez aussi, à la toute fin de l’expo, composer votre propre XI de légende en sélectionnant les meilleurs joueurs des pays arabes.

On pourra aussi noter, dans la deuxième partie de la visite, la scénographie soignée et artistique des photos d’Amélie Debray ou de Khaled Jarrar. En effet, les photos d’Amélie Debray et l’œuvre de Khaled Jarrar (artiste installé à Ramallah qui utilise la pierre qui a servi à ériger la barrière de séparation israélienne pour réaliser ses sculptures), racontent une autre histoire… simplement humaine celle-ci.

FFF, 100 ans de passion et d'innovation

Et puis petit bonus, le billet d’entrée à l’expo “Foot et monde arabe” donne accès à une mini exposition proposée dans le cadre des 100 ans de la Fédération Française de Football. L’exposition “FFF, 100 ans de passion et d’innovation” vous fait découvrir des documents et objets historiques inédits ou insolites, tirés des archives de la FFF exposés pour la première fois : les premières correspondances manuscrites des années 20, la création des grandes compétitions du football français et mondial, les causeries d’Albert Batteux, de Michel Hidalgo, d’Aimé Jacquet…. Ou encore le trophée du Ballon d’Or de Raymond Kopa, les chaussures de Zinédine Zidane ou d’Antoine Griezmann, le maillot de Didier Deschamps et celui de Kylian Mbappé. Autant de symboles, de souvenirs, d’émotions, qui ont forgé un imaginaire collectif dans le plaisir du jeu et de son partage, que le visiteur pourra vivre et revivre au fil de cette exposition anniversaire exceptionnelle.

PLUS D’INFOS

L’Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard , 75005 Paris

Jusqu’au dimanche 21 juillet 2019

Laisser un commentaire