Sortir

EXPOSITION « 69 ANNÉE ÉROTIQUE »

Cinquante ans après 1969, la mythique chanson du couple Birkin-Gainsbourg nous offre une occasion opportune de donner le contrepoint aux célébrations de la très politique année 1968, qui nous occupèrent l’année passée. Cette fois plus d’af ches aux slogans rageurs, mais pêle-mêle : Pin-up fardées, aplats de couleurs acides, sensualité psychédélique, assemblages de plastiques et néons, emprunts à la bande-dessinée ou cadrages cinématographiques … tous les ingrédients propres à ce nouveau style qui semble fait pour célébrer l’hédonisme, la sensualité.

L’EXPOSITION :

Dans un vaste de espace de 280 m2, le 24Beaubourg, situé face au Centre Pompidou, seront rassemblées une quarantaine d’œuvres de plus d’une quinzaine d’artistes, qui participent toutes de cette esthétique Pop à la française.

Certains artistes comme Monory, Rancillac, Schlosser ou Klasen ont connu une célébrité jamais démentie, comme figures de proue de la Figuration Narrative. D’autres, plus inclassables, comme Leonardo Cremonini ont connu la gloire de leur vivant avant une éclipse posthume. Certains sont devenus des artistes cultes après leur disparition et leur œuvre est en cours de réévaluation, soit parce qu’ils se sont volontairement tenus en marge des circuits du marché de l’art comme Frédéric Pardo, ou parce qu’ils sont tombés dans l’oubli comme la belge Evelyne Axell, disparue dès 1972

Des pièces jamais exposées

Pour célébrer les cinquante ans de cette année symbolisant la libération des mœurs, les deux galeristes Tancrède Hertzog et Léopold Legros, 28 et 29 ans, ont rassemblé une cinquantaine d’œuvres d’artistes majeurs qui ont épousé les transformations et bouleversements des années 1960. Se composant d’œuvres provenant de nombreux prêteurs privés, l’exposition 69 année érotique offre l’occasion au public de découvrir des pièces jamais exposées ou en mains privées depuis longtemps. Sélectionnées avec soin pour leur caractère historique et leur rareté, la plupart sont proposées à la vente.

 

Un catalogue accompagne cette exposition, avec notamment un essai de Stéphane Corréard, critique et expert en art contemporain.

Coup de projecteur sur le Pop francophone

Comme l’a montré, en 2015, l’exposition de la Tate Modern (Londres) The World Goes Pop, le Pop Art fut un courant mondial, qui, loin de s’arrêter aux frontières du monde anglo-saxon, déferlait partout en même temps que la musique et le cinéma, tandis que s’installait la société de consommation. En France, à Paris, ont éclos durant les 60’s et 70’s certaines des réussites les plus singulières de ce style Pop international. Ces œuvres sont encore bien trop méconnues et sous-estimées, à la fois par les institutions et le marché de l’art.

Catalogue « 69 année érotique » sous la direction de Tancrède Hertzog et de Léopold Legros, avec notamment un essai de Stéphane Corréard.
Prix : 25 €. 136 pages.

69-annee-erotique

Affiche de l’exposition : Alain Jacquet (1939 – 2008) Catherine a Sidi r’Bat, 1970. Sérigraphie sur toile, 164 x 108 cm. Copyright Comité Alain Jacquet©

 

Informations pratiques

69 Année érotique
Galerie T&L24Beaubourg
24, rue Beaubourg
75003 Paris

Exposition du 21 novembre au 14 décembre 2019.
Du lundi au samedi de 10 h à 19 h.
Entrée libre.

 

image à la une :Gérard Schlosser, Charlus, 1972

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mi, venenatis efficitur. pulvinar ultricies dictum odio