Goûts/Saveurs

William Saurin se réinvente en version  Haute-Gamme 

Année 1898.  William Saurin crée  sa propre épicerie à Saint-Mandé,  village proche de Paris.

Sa spécialité ? Des  plats mijotés et mitonnés vendus en conserve. Dans des boites en métal. Son célèbre Cassoulet bien garni, en cuisson lente,  à petit feu, a fait (et continue à faire),   le bonheur des Français pendant des générations. 

Spécialisé dans les productions « entrée de gamme », économiquement bon  marché  mais  goûteuses,  William Saurin   a   ainsi bâti au fil du temps  sa renommée.

L’entrepreneur a pu bénéficier de l’invention ancienne de Nicolas Appert. Ce  process baptisé « appertisation »,  en hommage à son créateur,    permet de conserver durant de longs mois,  voire de longues années,  les aliments.  Sans conservateurs, sans perte vitaminique majeure.

A l’origine il fallait trouver un procédé de conservation pour lutter contre le scorbut des marins et navigateurs au long cours.

 En  2020, la marque William Saurin se réinvente et propose une nouvelle gamme     gastronomique  

Il est de bon ton de se réinventer en ce millésime 2020. C’est le  mantra à la mode vers le monde nouveau que l’on  prépare tous ensemble.

Visionnaire,  l’entreprise s’y était préparée depuis de longs mois.

Deux partenariats d’excellence ont été signés avec une star de l’emballage, Crown et avec un grand Chef étoilé, Olivier Bellin.   

Olivier-BELLIN

Olivier-BELLIN

2 nouvelles recettes gastronomiques  ont vu le jour.

Un partenariat avec Olivier Bellin,  Chef de cuisine d’exception

Olivier Bellin est le Chef étoilé de l’Auberge des Glazicks à Plomodiern en Finistère.  Au fin fond du monde.

Il s’est fait connaître par son talent et sa créativité, mais aussi en incorporant  dans sa cuisine  vivante et authentique,   le blé noir ou  sarrasin cultivé en Bretagne. Une « pseudo-céréale »,  une plante tout simplement,  contenant tous les acides aminés essentiels.    

Il apporte aujourd’hui sa signature de Chef reconnu et courtisé à la marque William Saurin.

2 recettes gastronomiques imaginées par le Chef, que les gourmets peuvent déjà adopter,  Les voici, Elles pourraient  bousculer vos menus de fête.

Pot-au-Feu de canard,  haricots blancs Cocos de Paimpol. Il a du caractère, de la mâche  et du goût. Avec un petit bouillon à la graisse de canard, relevé d’un zeste de citron, ce Pot au Feu est   sain, pas gras,  dans l’air du temps.

Pot de  400 gr. A réchauffer 6mn à feu doux et à couvert.

A déguster avec un Sancerre Rouge Les Belles Vignes 2018,  cépage Pinot Noir.

Domaine Fournier Père Et Fils.

Un vin de caractère, tout en finesse,  pour un millésime d’exception.

Sarrasin & Quinoa,  carottes glacées, beurre au gingembre et thym.

Cette recette végétarienne est riche en protéines végétales.

Sa douceur en bouche vient de la richesse en sucre naturellement issue du jus de carottes. 3 huiles végétales (colza, tournesol, olive), apportent les oméga 3,6,9  indispensables. Le sarrasin produit authentique du Finistère, signature du Chef, associé au quinoa, donnent un subtil goût de noisettes. C’est délicieux. Goûteux. Croquant. Délicatement  parfumé. 

Pot de 400 gr.  Se déguste tel que, froid ou chaud. 

A déguster avec un original Champagne de Vignerons de la Cote des Bar, Maison Marie Tassin, Cuvée Émotion Blanche,  100% Pinot Blanc  (cousin du Pinot Noir). 

Un jeune partenariat avec   Crown, star de l’emballage :  

Le siège social de Crown est à Philadelphie, aux États-Unis,  mais l’entreprise est bien implantée,  en France.  Ce qui permet de réduire  les coûts de  transport.

L’image vieillotte de la boite de conserve prend avec Crown un nouveau rebondissement, un nouveau look.  Une petite révolution. En métal 100% recyclable,  avec crochet à clipser, très pratique à ouvrir,  la boite élégante  va avoir son petit succès sur nos étagères  de cuisine et ne déparera pas  nos  tables de fête.  

L’entreprise William Saurin se réinvente au quotidien. 

L’entreprise fait de gros efforts pour faire vivre le Made in France  et s’approvisionner en produits  cultivés ou élevés de façon vertueuse dans l’Hexagone. 

Le maximum d’ingrédients  français est sélectionné.   Mais l’entreprise  reconnaît que la production française est parfois insuffisante. Le quinoa du Pérou vient  alors,  combler les  lacunes de production  du quinoa  d’Anjou. 

Geneviève Guihard

Tout savoir sur :  

www.william-saurin.fr

www.crowncork.com

www.fournier-pere-fils.com

www.champagnefumeytassin.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo eget neque. consequat. suscipit Nullam venenatis at Lorem risus diam sem,