Actualités

Le prestigieux Jardin du Château de Vaux le Vicomte se refait une santé

©Anne-Charlotte LA

Château,   Parc et Jardins  du  17ème siècle,   appartiennent depuis 1875   à la même famille   Sommier-de Vogüé, très engagée  à faire vivre ce beau domaine. 

Construits à partir de 1641  par Nicolas Fouquet, Ministre d’État,  Surintendant des Finances sous Louis XIV,  Château, Parc et Jardins ont vu leur  construction  brutalement  stoppée  le  5  septembre  1661.   L’arrestation du propriétaire des lieux,  sur ordre du roi,  signe  sa disgrâce.     Et son emprisonnement suite au  complot ourdi par  Colbert contre lui.

Resté toujours  loyal au roi pendant la période de la Fronde,  Fouquet se croyait invulnérable.  

Ainsi le Château ne fut  jamais fini…

Le Château de Vaux le Vicomte,   une œuvre d’art totale

Fouquet  s’est entouré des  plus grands artistes de son temps :  Le Vau, Le Brun, Le Nôtre. Ces trois personnages  ont su   accorder leurs génies pour réaliser une œuvre d’art exemplaire. 

Ils  étaient  en résidence ici,  au Château. 

On admire toujours leurs œuvres emblématiques,   le Dôme, unique,  innovant, surmontant le  Grand Salon,   signé Le Vau,  la Perspective traversante du Jardin à la Française, signée Le Nôtre,   les peintures ornant la chambre du Roi, signées Charles Le Brun. 

Un Jardin à la Française   plein de surprises

Le Jardin à la Française conçu par Le Nôtre,  (davantage architecte que jardinier), met l’accent sur les perspectives  et les illusions d’optique.  Son  style force  l’admiration du visiteur. 

Au  21ème siècle, dans les boulingrins,  les buis du parterre  ont souffert des attaques de la pyrale.   Maladie ravageuse donnée par ce petit vers,  défoliant ici en quelques  heures  170 000 pieds de buis.  Feuilles et bois.  

Les  8  jardiniers œuvrant sur les   33 hectares de jardin (1 jardinier pour 4 hectares ! ), sont  à la peine  pour détruire  chaque jour  chenilles et vers ravageurs, attaquant les Broderies de buis emblématiques ! Impossibles à sauver.

Il a fallu  tout arracher. Un drame et un grand désastre pour tous.   Finalement drame  presque occulté  aujourd’hui grâce  au  projet artistique de Land Art respectant l’Axe sacré  voulu par  Le Nôtre : le projet  de Patrick Hourcade. 

HD Patrick Hourcade © DANIEL CASTETS

HD-Patrick-Hourcade-©-DANIEL-CASTETS.

 

Patrick Hourcade,  artiste contemporain inspiré

« Les Rubans éphémères »,   son  projet artistique  innovant. 

Patrick Hourcade a su respecter l’esprit du créateur et les  perspectives du célèbre jardinier. Les arabesques des  Rubans éphémères  prennent la place des  broderies de buis.    En métal aluminium fin,  léger,  qui ne voile pas, les Rubans  métalliques    reflètent harmonieusement  la  lumière et  l’eau des bassins.

C’est un pari  réussi. 

L’arabesque est un dessin mathématique.  L’ordinateur a pu  numériser les dessins  conservés des Broderies. 

L’utilisation du métal « aluminium »,  ressource pérenne, réutilisable à l’infini,   est un bon choix.  (source d’inspiration : la Galerie du Louvre Lens).  

Une machine à laser d’une usine voisine de la Marne a découpé de manière chirurgicale  chacune des nombreuses  plaques constituant les Rubans.. 

L’effet final ? 

Le  Jardin  Le Nôtre est toujours là. La perspective non défigurée…Les Rubans semblent  en place depuis toujours… 

Ne pas quitter le Château sans rendre visite aux Appartements d’Apparat situés en rez de chaussée.   Et grimper les étages par un petit escalier en colimaçon,  aller sur le Dôme. La vue d’ensemble des Jardins à la Française et des Rubans éphémères,  est  spectaculaire. 

 

mail

A noter :  Soirée aux chandelles tous les samedis soirs jusqu’au 5 octobre  2019. 2000 bougies illuminent la visite. Une expérience unique ,  une parenthèse hors du temps .

Geneviève Guihard

« Les Rubans éphémères »

Château de Vaux le Vicomte

77950 Maincy

Tel : 01 64 14 41 90

www.vaux-le-vicomte.com

Photo à la une ©Anne-Charlotte-LA.j

Laisser un commentaire