Actualités

Le Centre des monuments nationaux présente le salon de Madame restauré dans le parc du château de Champs-sur-Marne

Afin de mettre en lumière cette structure représentative de l’art du treillage remis à l’honneur au tournant du XXe siècle par les derniers propriétaires du château, la famille Cahen d’Anvers, le Centre des monuments nationaux a établi un travail de restauration du portique et du mobilier du salon de Madame dans le parc du château de Champs-sur-Marne en se basant sur les archives des années 1930. La restitution du salon permettra aux visiteurs de découvrir cet espace méconnu du parc et d’apprécier cette architecture à la mode dans les jardins du XVIIIe siècle.

Conçus dans la première décennie du XVIIIe siècle – en même temps que l’édification du château – par Claude Desgots, petit neveu d’André Le Nôtre, les jardins du Domaine de Champs-sur-Marne ont été plusieurs fois remaniés au cours de leur histoire, et en particulier au XIXe siècle.

Entièrement restaurés et recomposés entre 1895 et 1910 à l’initiative de Louis Cahen d’Anvers et sous la direction d’Henri et Achille Duchêne, ils ont retrouvé un dessin et une composition fidèles à l’esprit de leur conception d’origine. Ils sont aujourd’hui un précieux témoignage de l’art des jardins à la fin du règne de Louis XIV, époque où les ouvrages detreillage connaissent un regain de mode.

Développé jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’art du treillage s’est raréfié au siècle suivant. Au tournant du XXe siècle, les ouvrages de treillage sont remis à l’honneur avec la restauration de nombreux parcs et jardins de l’époque classique. Les Duchêne père et fils en sont les principaux (re)créateurs et le salon de Madame l’un des premiers du genre. Les Duchêneconçoivent ainsi, sur le flanc oriental du château en bordure de la « pelouse à Madame », un grand portique de treillage reprenant les principes décoratifs des portiques du XVIIIe siècle en harmonie avec les jardins et le château. L’ouvrage est composé symétriquement autour d’une niche centrale en abside couverte d’une voûte en cul-de-four et de deux passages latéraux plus bas surmontés d’arcs et de voûtes en plein cintre.

Constitué de panneaux de treillages en bois agencés selon divers types de maillages, il est ordonné et décoré suivant les règles de l’architecture classique. Des pilastres d’ordre ionique rythment l’élévation, tandis qu’une variété d’éléments de modénature architecturale en bois tels que piédestaux, plinthes, chapiteaux, archivoltes, entablement et corniche moulurés articulent et rehaussent l’ensemble. Le tout est supporté à l’arrière par une structure primaire métallique doublée d’une structure porteuse secondaire charpentée.

S’y ajoutent du mobilier de jardin en bois (bancs, fauteuils, tables), deux statues, quatre bustes sur gaine et un parterre fleuri à l’avant. L’ensemble forme ainsi un salon de verdure propice au calme et à l’intimité, mais ouvert sur le parc et donnant à l’arrière, par les arcades latérales du portique, sur les promenades ombragées des boisements.

Le salon de Madame en 1934 © Reproduction Patrick Cadet - CMN 2

Le salon de Madame en 1934 © Reproduction Patrick Cadet – CMN 2

 

page2image1468411248

Le salon de Madame en 1921
© Reproduction Patrick Cadet – CMN

 

page2image1468427552 page2image1468427840

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mattis Sed elit. sem, dolor. justo felis elit. efficitur.