Actualités

3ème édition du « Mois sans tabac » le 1er Novembre 2018

fumeuse-pixabay-4

Inspirée des anglais

La 3ème édition du « Mois sans tabac » débutera le 1er novembre 2018. Une opération mise en place par le gouvernement en octobre 2016 et inspirée par une initiative britannique.

Coaching à suivre

L’objectif est d’inciter les fumeurs à ne pas fumer pendant 30 jours, aidés par un programme spécifique de coaching. Un dispositif coordonné par le Ministère de la Santé et le Ministère des Affaires Sociales, en partenariat avec l’Assurance Maladie.

3 techniques principales

Plusieurs techniques sont alors adoptées par les fumeurs concernés et motivés par le « Mois sans tabac » : passer à la cigarette électronique , arrêter d’un seul coup (brutal pour certains, la meilleure méthode pour d’autres) ou diminuer progressivement jusqu’à l’arrêt total.

La cigarette électronique

L’avantage du « vapotage » est de ne pas stopper brutalement l’apport nicotinique quotidien, en dosant votre besoin par rapport à votre consommation de cigarettes. Autres avantages ; financier puisque la cigarette électronique coûte moins cher que l’achat quotidien d’un ou plusieurs paquets de cigarettes, pour la santé la e-cigarette contenant moins de composants toxiques et pratiques car la cigarette électronique ne jaunit pas les doigts, ne produit pas de cendres et n’engendre pas d’odeur de tabac qui vous colle à la peau.

La démarche idéale est de se fixer comme objectif à moyen terme d’arrêter totalement cigarette et e-cigarette. De nombreux fumeurs étant passé de la cigarette à la cigarette électronique ont en effet définitivement adoptés cette dernière solution, alors pensez à vous en détacher également une bonne fois pour toutes, à une date que vous aurez préalablement fixée.

fumeuse-pixabay-3

 

L’arrêt immédiat

Jugé difficile par certains, ou comme le meilleur moyen de se décoller de l’addiction à la cigarette pour d’autres, l’arrêt brutal a l’avantage de ne pas se laisser le choix et de passer du jour au lendemain à un autre style de vie (reprise du sport, retour rapide de l’odorat et du goût, régime alimentaire adapté). Pour vous motiver dans ce sens, voici les bienfaits que vous pourrez obtenir par un arrêt immédiat, selon Tabac Info Service :

20 minutes après votre dernière cigarette : les pulsations cardiaques et la pression sanguine redeviennent normales.

8 heures après votre dernière cigarette : la quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié.

24 heures après votre dernière cigarette : Le corps ne contient plus de nicotine, le risque d’infarctus du myocarde commence à diminuer et les poumons commencent à éliminer les résidus de fumées et le mucus.

48 heures après votre dernière cigarette : les terminaisons nerveuses gustatives commencent à repousser, le goût et l’odorat s’améliorent.

72 heures après votre dernière cigarette : l’énergie revient, les bronches se relâchent et respirer devient plus facile.

2 semaines à 3 mois après votre dernière cigarette : On récupère le souffle, on marche plus facilement, la toux et la fatigue diminuent.

1 à 9 mois après votre dernière cigarette : Les cils bronchiques repoussent, on se sent de moins en moins essoufflé.

1 an après votre dernière cigarette : le risque d’infarctus du myocarde a diminué de moitié et le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non-fumeur.

5 ans après votre dernière cigarette : le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié.

10 à 15 ans après votre dernière cigarette : l’espérance de vie rejoint celle d’un non-fumeur.

fumeuse-pixabay-2-1267x844

1 an après votre arrêt de la cigarette : le risque d’AVC rejoint celui d’un non-fumeur. Crédit photo : Pixabay©

 

 

Arrêter graduellement

Pour les plus gros fumeurs et à en croire l’étude réalisée en janvier 2015 par des chercheurs de l’université de Copenhague (Danemark), publiée dans la revue scientifique mensuelle « Journal of Cerebral Blood Flow and Metabolism », il serait préférable d’arrêter le tabac de façon douce et graduelle.

Ces chercheurs danois ont réalisé un test portant sur 12 fumeurs, à qui ils avaient demandé d’arrêter de fumer. Après 12 heures sans tabac, l’étude a montré que l’afflux sanguin et l’oxygénation vers le cerveau des cobayes diminuait de 17%, phénomène que l’on retrouve chez les patients atteints de démence, selon le Professeur Albert Gjedde, chercheur en neurosciences et enseignant à l’université de Copenhague.

Ce qui a amené les chercheurs à conseiller un arrêt progressif du tabac, avec le soutien de substituts nicotiniques ou la cigarette électronique, en tout cas pour les gros fumeurs.
En fonction de votre consommation quotidienne de nicotine, de votre constitution et de votre personnalité, il vous reste encore 25 jours pour savoir quelle technique adopter, si vous décidez d’arrêter de fumer, en sachant que c’est vous au final, qui déciderez ou non de passer le cap, et des moyens à mettre en œuvre pour y arriver, avec ou sans aide médicale.

Crédit photo : Pixabay©

Laisser un commentaire