Autos/Motos

FFMC dans Le Parisien «Le stationnement des scooters et des motos doit-il être payant ? »

Dans son édition parisienne du Jeudi 14 novembre, Le Parisien titre « Le stationnement des scooters et des motos doit-il être payant ? » et publie une interview de Jean-Marc Belotti (FFMC Paris Petite Couronne) après avoir présenté la situation suivante.

Jusqu’ici, ils peuvent stationner dans les rues de la capitale sans avoir à débourser un seul centime. Mais pas sûr que dès l’an prochain, les conducteurs de motos et scooters ne soient pas obligés, eux aussi, de passer par la case horodateur.

Le député (Agir) Pierre-Yves Boumazel, candidat aux prochaines municipales, propose aux élus du Conseil de Paris de faire payer les deux-roues motorisés: 0,50€ par jour pour le stationnement résidentiel, 1,30€ l’heure dans le centre et 0,80€ l’heure pour les arrondissements périphériques. Les 30 M€ de recettes ainsi perçues serviraient notamment à l’aménagement de nouvelles places dédiées aux motos et scooters et de nouvelles pistes cyclables.

Ecologistes, radicaux de gauche, centristes.. Beaucoup sont d’accord sur l’idée. La Ville elle-même a déjà lancé une étude sur le sujet. Mais l’entourage dAnne Hidalgo (PS) juge cette proposition prématurée. L’équipe de La future candidate plaide plutôt pour l’organisation d’états généraux après les municipales. « Près de 200 hectares sont consacrés au stationnement de surface. La moitié pourrait être récupérée pour un autre usage », imagine ainsi Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l’urbanisme, qui voudrait inciter les conducteurs à se garer davantage en sous-sol.

 

Interviewé par Le Parisien sur le stationnement des 2-roues motorisés (propos repris sur le site internet du journal), Jean-Marc Belotti déclare que « le compte n’y est pas en termes de places de stationnement pour deux-roues à Paris ». Et l’alternative proposée par la mairie de Paris de garer les motos sur les places des voitures n’en est pas une selon lui. « D’abord, la Ville a très peu communiqué sur cette possibilité. Donc peu de motards sont au courant qu’ils peuvent le faire. Mais, de toute façon, stationner entre les voitures c’est dangereux pour nous ! Nos bécanes se retrouvent souvent par terre», explique le motard.

Ce dernier s’agace de voir les motos et scooters « diabolisés » par les élus. « Ils sont tous hystériques avec l’écologie. On a l’impression d’assister à une chasse aux sorcières. Mais si le nombre de deux-roues motorisés a explosé à Paris, c’est bien parce que c’est une alternative à la voiture. Tous ces scooters que l’on voit, ce sont des gens qui ont décidé de laisser leur berline au garage pour passer au deux-roues. Nous, nous contribuons à La fluidification du trafic.

Et une moto en plus, c’est une voiture en moins et une personne qui ne va pas venir encombrer les transports en commun déjà surchargés ! », plaide le patron des motards parisiens.

Et si les chiffres avancés par le député Pierre-Yves Bournazel pointent les taux de pollution élevés émis par les deux-roues motorisés, Jean Marc Belotti, lui, répond « temps de circulation». « En deux-roues, vous circulez mieux donc moins longtemps qu’une voiture, donc vous polluez moins », avance le responsable de la FFMC Paris.
Pas question non plus à ses yeux de participer au partage de la voirie si souvent évoqué par l’équipe municipale. « Nous, on ne coûte rien en termes d’aménagement, contrairement aux cyclistes qui réclament des pistes. Nous, ce que l’on demande, c’est quelques coups de peinture au sol pour matérialiser nos places de stationnement. Et contrairement aux automobilistes, on na jamais eu d’aide pour l’achat de nos deux-roues. Alors pourquoi devrait-on payer maintenant ? », s’interroge le porte-parole des deux-roues motorisés.

Jean-Marc Belotti dans l'édition 75 du quotidien Le Parisien. Le jeudi 14 novembre. Photo M-AG

Jean-Marc Belotti dans l’édition 75 du quotidien Le Parisien.Le jeudi 14 novembre. Photo M-AG

source FFMC

Une pétition pour le maintien de la gratuité du stationnement

A l’approche des élections municipales, le stationnement payant des 2-roues motorisés devient un sujet majeur et surtout un tremplin dont se servent les candidates et les candidats pour tenter de se propulser à la première place dans les sondages.Déjà Vincennes et Charenton l’ont mis en place. Le sujet fait déjà l’objet d’annonces par plusieurs candidats et candidates à la Mairie de Paris (voir le préambule de cette newsletter). Mais ce sujet n’est pas que parisien ! Les élus de banlieue et d’autres villes en régions se sont déjà informésauprès des communes “pilotes” ; de nouveaux horodateurs ont été installés pour pouvoir enregistrer tous les numéros d’immatriculation.

En accusant les motos et scooters de tous les maux, l’intention est clairement de les “éradiquer” des villes : le paiement du stationnement n’est qu’une des étapes.

Sans votre mobilisation, nous ne pourrons rien. Notre pétition a rassemblé plus de 7300 signatures en 5 jours. Mais il faut faire plus : scootéristes, motards, mais également automobilistes et usagers des transports en commun sont concernés (voir ci-après) !

Faites connaître nos arguments, relayez-les auprès de vos amis, voisins, collègues !
Car si celui qui se défend peut perdre, celui qui ne se défend pas a déjà perdu !

Alors que les records d’embouteillages ne cessent d’être battus et que les transports en commun sont saturés, l’utilisation du 2-roues motorisés (2RM) est en passe d’être pénalisée en taxant son stationnement. Et pourtant :
  • le 2RM est une des solutions à la fluidité du trafic de par son faible encombrement en circulation ;
  • en stationnement, il optimise l’espace public ;
  • le 2RM est le seul véhicule qui ne coûte rien à la collectivité, il n’a jamais bénéficié d’aide fiscale (sauf électrique) et ne nécessite pas d’infrastructure spécifique ni d’espace de circulation dédié ;
  • un budget de 900 € minimum par an pour le stationnement (selon les tarifs en vigueur à Charenton) risque de créer un report vers des transports en commun déjà saturés ;
    • Le 2RM est une solution pour les usagers ayant dû abandonner la voiture et n’ayant pas d’autres alternatives viables.
    Dans le cadre de la transition énergétique et en absence d’alternatives, un 2RM c’est moins de bouchons et des transports publics moins saturés. Je demande le maintien de la gratuité du stationnement pour les 2-roues motorisés en signant la pétition.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Curabitur libero commodo mi, risus. Donec velit,