Autos/Motos

ESSAI : Suzuki Swift Sport

suzuki-swift-sport-2018-03

Une petite Japonaise au sang chaud

Vous connaissez la Swift, de Suzuki, celle qui a des airs de Mini, et bien elle se décline aujourd’hui en version vitaminée. Voici la Swift Sport, 140 chevaux sous le capot. Ce n’est pas extraordinaire au regard des bombinettes concurrentes qui en alignent 200, mais la Swift donne l’impression au conducteur d’en avoir sous le pied. Pour tout vous dire, elle rappelle un peu les sensations qu’on pouvait avoir dans les années 80 au volant d’une 205 GTI, belle référence ! Cette Swift Sport offre le plaisir de conduite abordable, facturée à un prix unique : 20.700 €, un seul modèle et pas d’option, même la peinture métal est incluse.  La Swift Sport, c’est la plus petite du segment des citadines polyvalentes sportives, mais son moteur 1 litre 4 turbo donne le change car l’auto a un sérieux atout qui change tout: son poids réduit qui donne du couple et lui permet d’abattre le 0 à 100 en 8 secondes avec une vitesse de pointe à 210 km/h. 

Suzuki Swift Sport

Pas de bruit

La version Sport est relativement silencieuse et s’il n’y avait ses attributs plutôt virils, on la prendrait pour un modèle de série, d’autant que cette nouvelle version  est uniquement disponible en 5 portes. A l’extérieur vous retrouvez une double sortie d’échappement, des jupes latérales, des jantes de 17’’ et des éléments carbone sur les pare-chocs. A l’intérieur, des sièges baquet, des compteurs spécifiques, une sellerie avec surpiqûres rouge, un volant à méplat et un pédalier en aluminium.

Suzuki Swift Sport

Au volant, on ressent tout de suite ses qualités dynamiques. La voiture est stable et colle à la route. Et celui qui conduit prend du plaisir. On l’a dit, pas d’option pour la Swift Sport qui dispose d’un écran tactile, Bluetooth et cartographie 3D, clim automatique et sièges chauffants. Pour la sécurité, un capteur laser veille sur les risques de collision avec freinage d’urgence automatique et lorsque la voiture zigzague, l’alerte de vigilance signale fermement un risque de somnolence. Au final, de l’agrément, pour des rejets et des consommations contenues. Une Swift utilisable au quotidien, sans se ruiner.

Christophe Dameron

Suzuki Swift Sport

 

Laisser un commentaire