Autos/Motos

ESSAI : Nouvelle Mercedes Classe S

mercedes-classes-s400d-2017-10

Le porte-drapeau de la marque à l’Etoile. 

C’est vrai que la Classe S en impose, véritable vaisseau amiral de la gamme, elle donne même le rythme à ses concurrents qui, depuis longtemps, en ont fait leur mètre-étalon. Cette Classe S est évidemment ultra connectée. Vous pouvez par exemple paramétrer vos préférences de chauffage ou de démarrage depuis votre canapé, via votre tablette, vous pouvez encore la sortir d’une place de stationnement très étroite à l’aide de votre smartphone, quand ceux qui vous ont collé d’un peu trop près empêchent l’ouverture de la porte. Vous me direz que tout cela est du gadget ? Sauf qu’on s’y habitue très vite. Même chose avec la conduite quasi autonome. A l’image des dernières Tesla, la Classe S se pilote quasiment sans les mains.

mercedes-classes-s400d-2017-25

Ses capteurs et ses caméras détectent les panneaux de limitation et adaptent la vitesse à l’environnement, jusqu’à l’arrêt complet si il le faut… La limousine gère les ronds-points, les péages et les bouchons, change de file sur simple activation du clignotant, avant de reprendre toute seule son rythme de croisière. Que dire encore de l’assistant de vision de nuit, sorte de caméra infrarouge, comme sur les engins militaires. Entre les deux compteurs, vous avez, dans le noir complet, l’environnement qui s’affiche avec les piétons ou les animaux, encadrés de rouge, comme une cible à éviter. Le tout est simplement bluffant.

Une berline époustouflante de confort.

C’est juste un cocon cousu main. Une œuvre d’art avec du cuir nappa exclusif et du bois très bien assemblé. L’insonorisation est au top, même les sièges arrière sont à réglage électrique et à l’avant, on apprécie l’agréable fonction massage. Pour l’extérieur : du chrome et des jantes alliages AMG de 20 pouces avec finition titane. A conduire, ce tapis volant se moque de ses dimensions et de son surpoids : 5,15m de long et plus de 2 tonnes sur la balance.

mercedes-classes-s400d-2017-26

Mais juste une pression sur la pédale de droite suffit à imposer le respect. On a pris le volant de la S 400 d, un diesel, qui consomme moins 6 litres aux 100 en moyenne pour des rejets de CO² à 150g/km. La mécanique est discrète mais répond présent quand on sollicite le 6 cylindres de 340 chevaux, associé à une boîte auto à 9 rapports et au système 4 Matic qui sécurise la conduite par tous les temps. Evidemment cette voiture de rêve à un prix : quasiment 140.000 € pour celle qu’on a essayée en version Fascination, dotée de près de 30.000€ d’options ! Une Berline disponible à partir de 91.500 €.

Christophe Dameron

mercedes-classes-s400d-2017-13mercedes-classes-s400d-2017-17

 

Laisser un commentaire