Autos/Motos

Essai : nouveau Nissan Juke

La deuxième mouture du crossover urbain arrive sur le marché français bardé d’équipements avec toujours un design aguicheur et une connectivité maximale.

14 Millions de Juke ont été vendus dans le monde depuis sa sortie en 2010, dont 140.000 en France, soit 1 sur 10. Autant dire un succès, en grande partie dû à son look inimitable. Pour garantir une pérennité de l’espèce, le constructeur nippon a appliqué une recette toute simple. Conserver ce que les clients trouvaient génial en apportant une habitabilité accrue et une motorisation vertueuse. Si la personnalité est préservée, les 7 centimètres supplémentaires se retrouvent à l’usage. La place gagnée à l’intérieur est évidente.

La planche de bord a été revue, la position de conduite améliorée grâce à un meilleur réglage du siège. Hélas l’écran central du japonais fait pâle figure à côté de la grande tablette qu’arbore fièrement sa cousine germaine, la nouvelle Renault Clio avec qui elle partage la plateforme. Parmi les bonnes nouvelles, avec 4,21m de long, le Juke gagne également 20% de mieux au niveau du chargement avec un coffre de 422 litres.

1 seul bloc

Nissan a fait le choix de la motorisation unique pour le lancement de la nouvelle version du Juke. Un trois cylindres de 117 chevaux disponible avec une boîte mécanique agréable et parfaitement étagée ou avec la transmission automatique à double embrayage DCT7 qui réclame une rallonge de 1.500€. Le moteur 1 litre turbo est parfaitement adapté à la conduite urbaine, discret et volontaire avec une consommation moyenne de 5,9 l en ville. En revanche la jauge à essence à tendance à s’abaisser à vue d’œil une fois lancé sur autoroute où nous avons relevé près de 8 litres aux 100km sur l’asphalte autour de Montpellier. En conduite soutenue, le Juke 2 gagne en comportement routier avec une direction précise, mais l’amortissement a cédé à la fermeté, sans doute accentué par les roues de 19’’ de certaines finitions.

Nissan affiche sa nouveauté à 19.900€ en entrée de gamme, sans faire l’impasse sur le régulateur de vitesse, la clim, les phares full led ou encore la détection des piétons et des cyclistes. On retrouvera sur les versions les plus onéreuses (jusqu’à 27.640€ pour la très réussie N-Design DCT7) le fameux système ProPILOT qui apporte la sérénité à son conducteur. Le véhicule gère la conduite dans les bouchons en suivant le trafic environnant. A la maison, on peut aussi demander à la voiture si elle est bien verrouillée et surveiller sur son smartphone le niveau de carburant ou la pression des pneumatiques.

Une connectivité embarquée aux petits oignons pour les plus jeunes qui disposeront du Wifi à bord avec Orange et la possibilité d’appairer 8 appareils en simultané ! Le Juke fait encore la part belle à la personnalisation avec 11 couleurs de carrosserie, 3 couleurs de toit et 3 couleurs d’intérieur. Le nouveau Nissan Juke n’aura donc pas de version diesel, c’est acté, mais il disposera l’an prochain d’un moteur essence plus puissant et d’une version hybride rechargeable.

Christophe Dameron

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

adipiscing quis ut vel, leo sem, Donec libero. elit. porta. luctus neque.