Autos/Motos

Essai Harley-Davidson Freewheeler

Vous  rêvez  de piloter une Harley… le hic, vous n’avez pas le permis ! Ce trois roues est pour vous, avec un simple permis B plus une formation de 7h… euh trois roues ….oui:) une roue de trop ? Non, il s’agit bien d’une moto, même si certains ricanent. Avec ses 1,40m de large,  l’engin est imposant, pas de carénage, l’avant est emprunté au Road King, avec des feux  obligatoires pour l’homologation de part et d’autre de la grosse optique qui ne fonctionne pas.

A l’arrière, un coffre où l’on peut ranger deux casques intégraux ou un gros sac de voyage. La hauteur de selle (700mm) pas de souci ! Ici, pas besoin de poser les pieds terre quand on s’arrête:)

Axel, responsable chez Harley, me présente la machine ” facile à piloter, on peut remonter les files de voitures, sauf sur le périphérique*” euh vu la taille de l’engin je suis sceptique. Pour démarrer, rien de plus simple : vous tournez le gros bouton, vous gardez votre clef dans la poche (comme une voiture ) et votre moto démarre avec un bruit discret, oui discret, c’est dommage, et peu de vibrations.

 

Déroutant, je sors du parking et ça “tourne droit” il faut vraiment tenir le guidon, la position de conduite est classique pieds en avant, position en arrière très confortable. Pour monter sur la bête, le plus simple pour le passager est de se hisser avant le pilote et mieux vaut être très souple:)

Les commandes au guidon sont standards de la gamme Touring Harley, notre engin possède une marche arrière (un appui long sur le R clignote au tableau de bord, un 2éme appui le R reste fixe et on reculent laissant le doigt appuyer). Le poste de pilotage est dépouillé, (pas de radio, pas de GPS  il faut choisir la version Tri Glide Ultra) sur notre  engin on trouve de série un Cruise control  (je ne suis pas un adepte, mais il faut reconnaitre que sur l’autoroute, c’est bien pratique). On retrouve le bouchon de réservoir à simple vis  et la jauge analogique de part et d’autre de l’instrumentation.Elle intègre un compteur de vitesse analogique et un écran numérique avec un compte-tours,  indicateur de rapport engagé ( 6 rapports)

Les premiers kilomètres, je reste très prudent, mais la prise en main est rapide  et on finit pas habituer et je laisse la direction faire. A noter que notre engin est équipé d’un amortisseur  de direction xxl, ce qui  simplifie la conduite.

Le moteur de 1868 cm3, ne favorise pas les performances : la bête fait 529kg, mais vous pouvez  facilement accélérer  et les dépassements  deviennent une formalité , la vitesse de croisière se situant à 110 sur autoroute, au delà c’est franchement fatiguant, de toute façon ce genre d’engin ce conduit cool. Dans les virages, il faut contrebalancer, un peu déroutant au début, une conduite proche d’un side-car, aussi notre engin requiert de l’anticipation. Il faut gérer le freinage, éviter de freiner fort de l’avant, la pédale de frein plus le frein guidon permets un freinage progressive. A noter un frein ” à main ” de parking qui s’actionne au pied derrière la platine gauche, bien pratique pour le stationnement.

Notre consommation moyenne 7,5litres /100, ce qui peux paraitre beaucoup, mais vue le gabarit de notre engin, ça reste raisonnable. Le réservoir de 22,7 litres permet une autonomie de 300km.

Vous allez me dire avec un engin comme ça, impossible de se faufiler dans la circulation, c’est très simple, il faut juste garder à l’esprit que derrière vous il y a deux roues.

Pour votre passager, malgré les deux solides poignées ,disposées latéralement et bien accessibles, il faut que celui ci s’agrippe à vous solidement, sinon vous risquez  de le perdre ( il manque un dosseret en option, c’est bien dommage ). Et il faut reconnaitre que la conduite change sur les petites routes, le point G ( la gravité) c’est son ennemi , et votre passager  est un peu, beaucoup secoué, et doit lutter contre ce fameux point G pour éviter de se faire éjecter en sortie de courbe.

En conclusion : Une classe folle, une marque prestigieuse, un trois roues stylé dépouillé, des qualités de grand tourisme, facile a conduire bien qu’il demande un peu de savoir faire. Il  attire la sympathie de tout ceux qui vous croisent… Le Freewheeler est une vraie Harley,  une manière  de rouler autrement avec un permis B  ou pas .

Reste le prix  qui débute à 31 190 €.

T.Youf

 

 

Le +

Look  et finition

Le  Mythe Harley  accessible avec le permis B

Capacité de chargement  bagages

Les –

Largeur

Confort passager

Le prix 31 190 €

 

Caractéristiques techniques:
DIMENSIONS  LONGUEUR
2 615 mm
HAUTEUR DE SELLE, À VIDER
700 mm
GARDE AU SOL
125 mm
CHASSE (FOURCHE)
26
ARRIÈRE
101 mm
EMPATTEMENT
1 670 mm
PNEUS, SPÉCIFICATION AVANT
MT 130/60B19 M/C 61H
PNEUS, SPÉCIFICATION ARRIÈRE
P205/65R15
CAPACITÉ DU RÉSERVOIR DE CARBURANT
22,7 l
CAPACITÉ D’HUILE (AVEC FILTRE)
4,7 l
POIDS (À L’EXPÉDITION)
492 kg
POIDS (EN MARCHE)
507 kg
VOLUME – CAPACITÉ DES BAGAGES
0,06 m3
CHÂSSIS
ROUES, TYPE AVANT
Roue Enforcer en aluminium coulé
ROUES, TYPE ARRIÈRE
Roue Enforcer en aluminium coulé
FREINS, DE TYPE ÉTRIER
Avant : 32 mm, étrier fixe 4 pistons arrière : piston flottant 36 mm et frein de stationnement intégré
ÉLECTRIQUES
ÉCLAIRAGE (SELON LA RÉGLEMENTATION LOCALE), CLIGNOTANTS
Feux de route, feux de croisement, batterie, point mort, pression d’huile basse, diagnostics moteur, régulateur de vitesse, système de sécurité, rapport engagé, avertissement de faible niveau de carburant, marche arrière activée, frein de stationnement
INSTRUMENTS
Indicateur de vitesse, jauge de carburant, compteur kilométrique, double totalisateur A et B, autonomie restante, rapport engagé

*Pas question de se faufiler entre les files ! D’ailleurs, même si l’espace le permettait, c’est strictement interdit si le deux ou trois roues dépasse 1 m de largeur depuis la mise en place de  l’interfiles en février 2016.:(

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donec elit. quis, ut id, efficitur. dapibus quis